• Accueil
  • > Recherche : chef entreprise en meuse
( 1 mai, 2008 )

RENDEZ-VOUS DE L’ECONOMIE MEUSIENNE 2008

Le mardi 29 avril 2008 s’est déroulé à l’amphithéatre de L’EPL AGRO (Technopôle Philippe de Vilmorin à Bar le Duc) une soirée organisée sur le thème suivant :

La Meuse en mouvement : d’un rebond fragile à un renouveau durable.

Etaient présents dans la salle, outre M le Préfet Evence Richard, M Jannot Vice Président du Conseil Général de la Meuse, M Jean Luc Pelletier, Président de la Chambre d’Agriculture, de nombreux Maires, Chefs d’entreprises ou représentants des différentes forces vives ou administrations de la Meuse.

M Guy Loinger (économiste ) nous a rapidement présenté le département mais ne nous a apporté aucune solution originale quant à la façon dont nous pourrions améliorer la situation. Il est resté précis dans le vague et le schémas qu’il a proposé aurait pu s’appliquer à tout département rural français.

En fait, très honnêtement, je pense qu’il avait fait un travail de recherche rapidement bâclé sur notre département pour faire cette présentation. L’important pour lui était certainement de faire une présentation. J’ai été déçu.

 

Ensuite M René Bartoli Directeur Général d’EMC2 nous a présenté la société dont il assume la présidence. Une très bonne présentation.

 

Ce fut après le tour de M Alain Duchène Directeur Général d’INEOS Enterprises France. Il nous a présenté l’entreprise dont il assume la présidence et les projet de cette entreprise en Meuse de façon très efficace lui aussi. Il nous a présenté les travaux d’agrandissements en cours (création de 76 emplois directs et environ 200 indirects)

Il nous a fait une bonne présentation des bio carburants.

 

En dernier, nous avons eu M Emmanuel de la Masseliere, du cabinet SETEC. (Ingénierie et conseils dans les domaines du BTP, des transports, de l’industrie, des télécoms et de l’informatique)

Il nous a fait une présentation générale intéressante mais n’a apporté aucune solution pour notre département. Je pense qu’il n’en connaissait pas les spécificités. Il a mis en garde ses orateurs contre le risque d’une gare « betteraves » indiquant que le TGV n’apportait pas la croissance. Le TGV n’est qu’un des acteurs permettant cette croissance.

Il a toutefois précisé que si le TGV n’apportait pas la croissance, l’absence de TGV était un frein à la croissance.

 

Globalement, je pense que les interventions de M Loinger et De la Masseliere étaient trop générales. Sans grand intérêt en terme de prospective puisque c’était le grand mot de la réunion.

 

A la fin nous avons eu droit aux questions ou remarques. Une personne a fait une remarque assez pertinente sur le fait qu’avoir une gare TGV était bien mais que si les horaires des TGV ne correspondaient pas aux besoins ce n’était pas très utile.

Une autre a indiqué que faire un constat de la situation c’était bien mais que cela n’apportait pas de solution. Il attendait des solutions ou des propositions:
Quelques autres personnes ont pris la parole mais je n’ai pas trouvé un grand intérêt à leurs propos. Un chef d’entreprise a venté son entreprise, un militaire a posé une question d’ordre technique.

Une personne a fait rire l’assemblée en indiquant que depuis l’arrivée du TGV, un de ses amis travaillant à Paris et habitant à Bar le Duc était obligé de faire ses voyages en voiture alors qu’avant le TGV, les horaires de la SNCF lui permettaient de prendre le train.

 

M Jannot vice président du conseil général a fait un petit discours à la fin.

 

M le Préfet a eu le mot de la fin.

Il a parlé de la Meuse comme s’il était

Ce qui est surprenant le concernant, c’est qu’une personne a déclaré (à voix basse) à la sortie de la réunion. L’épouse de M le Préfet habiterait pas en Meuse.

M le Préfet serait en poste en célibataire géographique. Si c’est vrai ça en dit long sur l’attrait de notre département!

Un mot, j’allais oublier :

L’animateur de cette soirée était efficace.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

( 16 mars, 2008 )

LA SUPPRESSION DU DEPARTEMENT DE LA MEUSE

Dernièrement, M Jacques Attali a proposé dans son fameux rapport la suppression des départements français.

 

Cette mesure serait selon lui de nature à encourager la croissance. Selon cet éminent économiste les départements seraient un frein à cette croissante qui nous fait tant défaut.

 

Nous autres au M.I.A.M. pensons que l’état français devrait dépenser moins d’argent plutôt que de vouloir de la croissance.

 

Car en fait qu’est ce que la croissance?

La croissance, c’est plus d’impôts, plus de taxes et donc plus d’argent à dépenser. C’est aussi il faut l’avouer un peu plus d’argent pour les citoyens.

Mais si l’état gérait mieux, si l’état ne dépensait pas plus qu’il ne gagne, il n’aurait peut être pas besoin de croissance! Un équilibre suffirait.

 

La suppression du Département Meuse:

Mais l’idée de supprimer des départements n’est peut être pas nouvelle. Il y a une quinzaine d’années, il semble que cette éventualité a été envisagée.

Il aurait été envisagé de tuer la Meuse, de la dépouiller pour enrichir les départements de la Moselle et de la Meurthe et Moselle. Il semble qu’il ait été envisagé dès cette époque l’idée de faire des économies en supprimant les petits départements. (J’ignore s’il peut y avoir un rapport mais M Attali était un des conseillé du président Mitterrand) 

 

Il est vrai que la créations des départements date d’une époque où les gens se déplaçaient à pieds ou à cheval. Les notions de distances n’étaient pas les même qu’à notre époque.

 

Supprimer, une méthode actuelle :

Après tout supprimer, réunir, unifier c’est bien ce que font les grands groupes industriels ou commerciaux actuellement. Lorsque deux banque fusionnent, elles fusionnent leurs services et limitent de ce fait leurs frais et donc les emplois.

 

Une autre hypothèse?

A moins que certaines personnes n’aient fait propager ce bruit (la suppression du département Meuse) afin de justifier le montant des travaux de rénovation du bâtiment du conseil général.

En effet, à cette époque (il y a une quinzaine d’années) j’ai entendu parler de ce projet par un conseiller général et un chef d’entreprise. Ils justifiaient peut-être ainsi le montant des travaux effectués dans l’hôtel du département en prétextant qu’ils avaient été effectués pour empêcher la suppression du département.

Ils affirmaient que compte tenu des investissements réalisés ils avaient sans doute sauvé la Meuse.

 

Vive nos sauveurs!

|