( 28 mars, 2008 )

La police de notre département

 L’organisation générale de la Police Meusienne.

 

Lorsque la Meuse sera indépendante, nous fusionnerons la police nationale et la gendarmerie. L’entité qui est sortira portera le nom de police.

Les gendarmes ou policiers non Meusiens d’origine issus des anciens services qui le souhaiteront pourront bien entendu  intégrer la Police Meusienne à condition qu’ils optent pour la nationalité Meusienne.
 

Notre Président de la République sera le chef de la Police.

Un membre de la société civil sera responsable  de la Police Meusienne. Il portera le titre de Préfet.

Ce Préfet sera élu par la population à mi mandat de notre président.

Ce Préfet sera secondé par le Directeur Général de la police. Ce responsable  sera un policier. Ce sera à lui qu’incombera la gestion des évènements. Il répondra de son action devant le ministre chargé de la Police qui lui même en répondra devant le Président de la République Meusienne et son gouvernement. Principalement son ministre de la Police.

 

Une commission de surveillance :

Nous créerons une commission composée des Juges de Paix de notre département. Cette commission ne sera pas permanente. Le ministre de la Police devra répondre de l’action de ses services devant cette commission.

Proximité :

Le principe de base du fonctionnement de notre police sera la proximité et la connaissance de la population.

Pour ce faire, la police sera déchargée de toutes les missions qui ne lui incombent pas normalement. Son rôle se cantonnera à la protection et à l’aide de la population Meusienne. Il va de soi que la répression est une forme de protection.

Les missions d’honneur ou de garde n’incomberont pas à la Police. Notre police sera financée par l’argent public.

Elle ne sera pas utilisée pour garder les biens des élus ou des notables. Ceux ci auront recours à des services privés s’ils le souhaitent.

Une gestion nationale mais une division territoriale nouvelle :

La petite dimension de notre pays nous permettra de gérer notre pays d’un seul centre opérationnel. Toutefois, la Meuse sera divisée en quatre secteurs. Ces secteurs seront perméables entre eux.

Notre police aura une compétence nationale. Dans chacun de ses secteurs, une patrouille sur roue circulera en permanence, de jour comme de nuit afin d’être disponible rapidement, à tout moment et en tous lieux.

Ces patrouilles pourront sortir de leur secteur pour renforcer un autre secteur.

Une police de proximité:


La police ne pouvant obtenir de résultat sans renseignements, notre police sera une police de proximité.

Nos policiers ne se déplaceront qu’à pieds ou en bicyclette dans les communes. Ils n’utiliseront leurs véhicules que pour se déplacer de commune à commune. Les policiers ne seront pas critiqués lorsqu’ils partageront le verre de l’amitié pour entretenir leur relation avec la population. Nous veillerons toutefois à ce que l’alcool soit proscrit des boissons consommées en service.

Le fonctionnement de notre Police ne sera pas figé, il évoluera en fonction de l’évolution de notre société.

Nous prendrons des mesures afin de limiter les vols et les dégradations:

Afin de limiter la criminalité, nous inciterons la population Meusienne à équiper leurs habitations d’alarme.

Nous encouragerons les Meusiens à plus de solidarité. Notre meilleur système d’alarme est en fait bien souvent notre voisin. Réveillons la solidarité afin de nous protéger de façon pacifique. Nous inciterons, le renfort sous forme de volontariat.

Nous créerons une réserve obligatoire afin de pouvoir disposer de personnels lorsque nous en aurons ponctuellement besoin.

Chaque citoyen devra un impôt temps à la collectivité.

Mesure envisagée pour limiter les accidents de la circulation routière :

Chaque véhicule sera équipé d’un chronotachygraphe d’un nouveau modèle. Il s’agira d’un enregistreur individuel. Chaque Meusien possèdera le sien. Cet engin, véritable boite noire enregistrera les vitesses de circulation individuelles et sera contrôlé annuellement. Les infractions à la vitesse constatée sur l’enregistrement seront sanctionnées avec vigueur.

Le renseignement :

Nous ne pensons pas créer de services de renseignements généraux dans notre pays. L’histoire nous montre que trop souvent ce service est utilisé à mauvais escient par les pouvoirs en place pour surveiller son opposition.

Nous n’en voyons pas l’utilité. La Police de proximité fera le travail de recueil du renseignement. La population sera encouragée non pas à aider la police mais à s’aider elle-même. Nous dépasserons le complexe du « délateur collaborateur » hérité de la seconde guerre mondiale. Nous expliquerons à notre population qu’après sa famille elle fait partie de la nation Meuse. Nous considérons la nation Meuse comme une grande famille.

Il nous semble important d’insister sur ce point :

Lorsque nous serons citoyens Meusiens, nous nous évertuerons à dépasser cette culpabilité ridicule sur la délation.

Est-ce qu’une personne qui aide la police est un citoyen honorable ou un délateur? La pensée populaire voudrait que depuis la seconde guerre mondiale ce soit un délateur. Nous pensons au contraire qu’il s’agit simplement d’un citoyen honorable et courageux. Nous encouragerons d’ailleurs les compagnies d’assurance à récompenser ce genre de pratique.

L’égoïsme actuel n’est pas admissible et devra être combattu.

Une dernière mesure, le montant de amende ne sera pas forfaitaire mais il sera calculé en fonction du patrimoine du contrevenant.

( 27 mars, 2008 )

LE MODE DE VIE MEUSIEN

On peut rencontrer en Meuse toutes les catégories sociales.

Mais bien souvent en Meuse, même les catégories sociales les moins aisées vivent correctement lorsqu’elles adoptent le mode de vie traditionnel.

Le logement :

Le Meusien même s’il n’est pas riche est souvent propriétaire de sa maison.

Il la rénove et l’entretient lui même ou aidé de sa famille et de ses amis. Il lui arrive de faire appel aux entreprises mais uniquement lorsqu’il ne peut pas faire autrement.

Le chauffage de son logement :

Lorsqu’il le peut, le Meusien se chauffe bien souvent au bois. Certains façonnent encore leur chauffe eux-mêmes.

L’alimentation :

Nombre de Meusiens, exploitent encore un petit jardin ou une petite « chenevière ». Ils consomment leur producteur mais en font aussi bénéficier leur famille et leurs amis.

Souvent, ils possèdent également un verger ou tout du moins quelques arbres fruitiers.

Certains Meusiens ont pour habitude de faire de nombreuses conserves pour l’hiver. Ils font également souvent d’agréables jus de fruits, vins divers (groseille, rhubarbe, noix…) ainsi que des apéritifs ou des digestifs.

Certains élèvent des animaux, volailles, lapins et même moutons.

Leur mode de transport :Le Meusien a bien souvent deux véhicules. Un véhicule pour ses déplacements bourgeois et un second véhicule, souvent un utilitaire pour bricoler, aller au bois, à la chasse…..

Il arrive même couramment que certains Meusiens aient un troisième véhicule. Il s’agit dans ce cas d’un vieux tracteur agricole qui leur sert à rentrer leur bois.

Ces Meusiens n’ont pas de gros revenus et pourtant, ils vivent correctement. Ils ne sont pas envieux mais ne refuseraient pas de gagner à la loterie. Ils ont aussi des rêves.

Lorsque vous êtes reçus chez « ces gens là » pour reprendre l’expression de Brel, vous êtes reçus comme un prince. Ils font tout pour vous rendre le séjour agréable.

Les hivers rigoureux, leur passé difficile, les guerres ont donné aux Meusiens le sens des vraies valeurs.

Il serait vraiment dommage que la mondialisation et cette société de consommation tue le mode de vie traditionnel Meusien.

 

Le Meusien mérite d’être respecté.


( 22 mars, 2008 )

LA RELIGION EN MEUSE

Sur ce sujet, nous n’étions pas d’accords.

 

Petit historique :

Le M.I.A.M. était d’abord constitué d’athées. Nous pensions donc interdire toute religion en Meuse ou alors créer une nouvelle religion, imiter Henri VIII ( le roi anglais qui au XVI° siècle a inventé la religion anglicane) .

 

Notre situation actuelle :

Des catholiques, des protestants et des musulmans ont rejoints en masse le M.I.A.M.. Ils nous ont apporté leurs lumières.

 

Notre choix :

Nous avons donc décidé que lorsque la Meuse serait indépendante, chaque homme aura de droit de choisir sa religion.

 

En matière de religion, le Meusien fera ce qu’il voudra.

 

Vive la Meuse Libre.

( 22 mars, 2008 )

LE TOURISME

Nous disposons en Meuse de plusieurs avantages nous permettant de développer un tourisme orienté sur deux axes.

Le premier axe est tout simplement  » la nature  » :

Nous disposons de bois, de forêts, de plaines, d’étangs, de lacs, de rivières magnifiques. La faune et la flore y sont riches.

Le second axe est « l’histoire « :


Nous disposons d’un patrimoine historique riche.

Bar le Duc dispose d’une architecture renaissance incroyablement belle.

La Meuse est plus spécialement Verdun dispose d’un patrimoine exceptionnellement riche sur la première guerre mondiale.

Nous pensons qu’il faut continuer à mettre en valeur les atouts dont nous disposons afin de pour le proposer aux touristes. Il vaudra veiller à favoriser un tourisme de qualité et non pas un tourisme de masse. Nous ne sommes pas élitistes mais le tourisme de masse par son principe n’est pas toujours respectueux de la nature.

La construction de gites ruraux de qualité pourrait favoriser la venue de ce tourisme. Il serait sans doute intéressante d’exonérer les particuliers d’une partie des revenus générés par le tourisme. Cela serait également bénéfique pour le pouvoir d’achat des Meusiens.

N’oublions pas que la Meuse dispose d’un atout encore plus important, la gentillesse de ses habitants.

N’hésitez pas à nous apporter vos suggestions?

( 16 mars, 2008 )

THILLOMBOIS CAPITALE DE LA MEUSE?

De par son histoire, la vieille ville de Bar le Duc semble désignée pour devenir la capitale de notre pays.

 

Pour autant Verdun est actuellement la grande ville Meusienne. Verdun est  la ville la mieux placée pour devenir la capitale de la Meuse.

La belle ville de Verdun a également la chance d’avoir une histoire très riche. Verdun compte plus d’habitants que Bar le Duc et surtout Verdun est mieux placée géographiquement que Bar le Duc. Verdun se trouve plus proche de centre de notre pays. Le centre est l’emplacement idéal pour installer une capitale.

 

Bien que je sois plus proche de coeur de Bar le Duc, je pense qu’il serait plus jusque pour tous les Meusiens que Verdun devienne notre capitale. Il faut l’admettre Verdun est moins mal centré que Bar le Duc.

 

A moins que nous n’adoptions une mesure complètement radicale. Nous pourrions faire de Thillombois notre capitale. Le château pourrait devenir le siège de notre gouvernement.

 

Finalement, le village de Thillombois me parait idéalement placé, pratiquement au centre du pays.

 

Je pense que lorsque nous aurons obtenu notre indépendance, il nous faudra soumettre le choix au vote des Meusiens.

 

Vive la Meuse indépendante.

 

V

( 16 mars, 2008 )

LES MEUSIENS CELEBRES

La Meuse compte de nombreuses célébrités, de grands militaires, l’inventeur de la machine à vapeur, l’inventeur du moteur diesel, …. vous pouvez nous aider à leur rendre justice.

Envoyez-nous un message citant le nom des personnes que vous souhaiteriez voir sur sur ce site!

Il y avait aussi ma grand mère mais la force de la répression ne me permet pas encore de me démasquer et donc vous ne pourrez pas savoir qui était ma grand mère. Et pourtant ma grand mère, je peux vous assurer que c’était quelqu’un.

 


Il m’en vient un à l’esprit :

Le célèbre Professeur Choron:

Saviez vous que le professeur Choron ( Georges Bernier) était d’origine Meusienne par sa mère? Sa mère était garde-barrière à Aubréville près de Clermont en Argonne et son père cheminot. Je crois qu’il a possédé longtemps une maison dans ce village.

 

Il y en a eu bien des autres, Maginot (bien qu’il soit né à Paris), Poincaré (Raymond pas Henry), Exelmans (Maréchal de Napoléon), Cugnot, Bastien Lepage…

 

Mais nos illustres ancêtres ne nous intéressent pas plus que cela car qu’ont ils fait pour la plupart?

Ils ont quitté la Meuse.

Et puis, ils sont morts, et nous nous intéressons aux vivants bien plus qu’aux morts.
Actuellement une des Meusiennes les plus marrantes que j’ai pu voir, c’est Isabelle Nanty.

Lorsque nous serons indépendants nous inventerons une médaille que nous ferons sculpter par une sculpteur local (sur bois, médaille en bois) et nous ferons péter le vin de groseille. Elle mérite bien cela.

 

Il paraît qu’il y a aussi une ancienne miss France.

 


( 14 mars, 2008 )

LE M.I.A.M.

Le M.I.AM. le mouvement indépendantiste apolitique Meuse.

 

C’est ainsi que nous envisageons de nommer notre mouvement.

 

Nous n’avons pas inventé ce nom, il nous a été rapporté qu’il provient des délires d’un militaire Meusien déplacé dans une île lointaine.

 

M.I.A.M. cela peut faire sourire, mais cela illustre notre faim de liberté.

 

Dans quelques années, nous déposerons en préfecture les statuts d’une association que nous appellerons M.I.A.M..

Nous le ferons lorsque l’état français n’aura plus de prise sur nous. Pour l’instant seule la clandestinité peut nous permettre de survivre.

 

Nous engagerons alors un combat de libération pacifique ouvert.

 

Nous insistons sur le mot  » pacifique ». Il est important d’être pacifique et de n’employer que des moyens pacifiques.

 

Meuse libre, Meuse forte, Meuse pacifique

 

avec le M.I.A.M..

( 6 mars, 2008 )

LA JUSTICE MEUSIENNE

Pour des raisons de commodité, nous garderons dans les premiers temps de notre indépendance l’ensemble du système judiciaire pénal ou civil français.

 

Nous y apporterons ensuite quelques modifications :


Les Maires:

Nous renforcerons et simplifierons les pouvoirs des Maires en matière de police (bruit, animaux en divagation, protection des animaux, risques….). Nous améliorerons leur formation en ce domaine.

 

Des conciliateurs:

Nous mettrons en place des conciliateurs dans toutes les communes ou dans tous les quartiers pour les grandes villes. Pour l’instant c’est bien souvent le Maire de la commune, le policier ou le gendarme qui est obligé d’endosser ce rôle. ( dans les petites communes.)

 

Les juges de paix:

Nous recréerons des « Juges de paix  » dans chaque commune. Ces juges seront assistés de deux assesseurs. Ces Magistrats seront élus par la population pour une durée de 5 ans.

Dans les grandes villes, il pourra y avoir plusieurs juges de paix. (Un par quartier par exemple)

Ces juridictions gratuites, statueront sur les différents entre particuliers. Ils pourront décider d’amendes, et de dommages et intérêt.

 

Les justiciables pourront faire appel de leurs décisions.

Concernant les juridictions judiciaires, nous conserverons en grande partie le droit français comme nous l’avons indiqué. Toutefois nous y apporterons quelques modifications. Un exemple : le montant des amendes sera calculé en fonction des revenus et de la fortune des contrevenants. (comme dans certains pays nordiques)

 

Les cours d’assises :

Nous modifierons les cours d’assise. Nous supprimerons le principe des jurés.

Cette juridiction ne sera plus composée que de magistrats professionnelles. Un juge et quatre assesseurs.

Les condamnés se verront octroyer le droit de faire appel (une seule fois) des décisions de cette juridiction. Toutefois, toute nouvelle découverte de preuve significative pourra donner droit à un nouvel appel. (Quel qu’en soit le nombre de fois)

Il est bien entendu que n’étant pas spécialises de ce type de problèmes, nous ne pouvons que tracer des lignes à suivre pour l’instant.

Nous sommes conscients qu’en l’absence de magistrats Meusiens, il nous sera difficile de mettre en place notre justice. Nous dépendrons très certainement longtemps de la France pour la formation de nos magistrats. Il est sans doute même probable que nous ne pourrons jamais nous passer des magistrats français.

 

Vive la Meuse indépendante.

 

V

( 6 mars, 2008 )

BURE

Nous ne pensons pas avoir les compétences pour juger du choix d’enfouir ou pas les déchets (dits du nucléaire) mais cela ne nous empêche pas d’avoir une opinion sur le principe.

Il y a une quinzaine ou une vingtaine d’années, des engins sont venus sonder notre sous-sol par vibration. Des sondages, des forages ont également été réalisés.

 

A cette époque, lorsque les Meusiens posaient des questions (aux prospecteurs), ces derniers leur disaient que c’était de la prospection pétrolière.

Nous les avons cru!

On a donc commencé à nous mentir dès le commencement et maintenant, on voudrait que les Meusiens croient sur paroles les personnes qui nous font de grandes promesses sur l’absence de risque.


Et pourtant, nos compétences ne nous permettent pas de juger de ce fait.
 

Par la suite, on nous a dit qu’un laboratoire allait être creusé. Cela ne devait être qu’un laboratoire. Selon une loi votée, deux autres sites auraient du être testés en France. Où sont-ils? Il y en a peut-être en tout cas personne ne nous en a parlé!

Ces deux nouveaux sites n’ont peut-être pas été créés. Encore un mensonge fait aux Meusiens?

 

Petit à petit ce qui ne devait être qu’un laboratoire semble devenir devenu un futur centre de stockage.

Encore un mensonge fait aux Meusiens?

 

Le choix de Bure:

Comme par hasard le village de Bure est situé à la limite de deux départements relativement pauvres et peu peuplés.

Pourquoi à la limite de deux départements ? Peut-être pour profiter d’une dualité? En tout cas rien ne nous empêche de nous poser la question!

Celui qui ne sera pas gentil n’aura rien chez lui et ne touchera pas d’argent? En tout cas c’est ce que pensent un certain nombre de Meusiens. Nous ne faisons que répéter ce que nous entendons.

Quoi qu’en fait, nous avons l’impression qu’un certain nombre de Meusiens se moquent complètement de Bure.

 

Pourquoi à la limite de deux départements faiblement peuplés? Sans doute aussi pour ne pas avoir trop de risques de manifestation! Il est plus facile de parcourir une dizaine de kilomètres en ville que venir se perdre en Meuse pour manifester.

 

D’ailleurs avez vous déjà remarqué que lorsque vous parlez de Bure en dehors du département pratiquement personne ne connait!

 

Pourquoi à la limite de deux départements ruraux? Peut-être parce que la population rurale, moins sensible aux arguments écologistes et anti-nucléaire!

Ne prend on pas les Meusiens pour des lapins de quatre semaines?

 

Pourquoi ne nous on-t-ils pas dit la vérité dès le départ? Nous prennent-ils pour des attardés? Nous pourrions le croire!

Puisqu’on a « hérité » de Bure parce qu’on n’est pas nombreux , laissons la France investir, obtenons notre indépendance et demandons des compensations pour le risque et surtout les inconvénients causés par ce centre de stockage. En somme, percevons un loyer calculé sur la valeur du bien concédé.

Pourquoi n’avoir que les inconvénients et des miettes du gâteaux?

Mais encore une fois, nous n’avons pas les compétences pour juger du nucléaire.


D’ailleurs, nous avons plus peur de la cupidité et de la bêtise de certains hommes que du nucléaire.


Nous pensons que lorsque nous aurons obtenu notre indépendance, il faudra louer ce centre d’enfouissement à la France. Toutefois, cette mesure qui influera sur toute la population de la Meuse sera décidée par référendum.

 

Des Meusiens en colère!!


|